Yvain et Lancelot
de Chrétien de Troyes

Yvain et Lancelot
de Chrétien de Troyes

illustrés par la peinture préraphaélite

170 peintures préraphaélites des XIXᵉ et XXᵉ siècles.
1 volume sous coffret illustré, 448 pages, 24,5 x 33 cm.

La légende arthurienne exaltée par la peinture préraphaélite du XIXᵉ siècle.
Une promenade enchanteresse mêlant deux univers
liés par une même quête de valeurs, de beauté et de spiritualité.

Le Livre

Heywood Hardy, Une tête de lion, Bournemouth (Grande- Bretagne). © Avec l’aimable autorisation du Russel-Cotes Art Gallery and Museum, Bournemouth

Heywood Hardy, Une tête de lion, Bournemouth (Grande- Bretagne).
© Avec l’aimable autorisation du Russel-Cotes Art Gallery and Museum, Bournemouth

Composés à la fin du XII? siècle, Yvain et Lancelot sont considérés comme les premiers romans de la littérature française. Au fil d’aventures inspirées de la légende arthurienne, les chevaliers poursuivent une quête entre amour courtois et prouesses guerrières. Leurs plus violents tourments et leurs plus grands plaisirs sont illustrés avec grâce et intensité par les peintres préraphaélites du XIX? siècle, inspirés par les scènes intimes et épiques d’un Moyen Âge sublimé.

L'iconographie

Frank Cadogan Cowper, La Belle Rosemonde et Aliénor, Collection particulière. © Avec l’aimable autorisation du Art Renewal Center, www.artrenewal.org

Frank Cadogan Cowper, La Belle Rosemonde et Aliénor, Collection particulière.
© Avec l’aimable autorisation du Art Renewal Center, www.artrenewal.org

Une iconographie inspirée

Profondément influencés par les récits du Moyen Âge, les préraphaélites, notamment Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones, William Holman Hunt, John Everett Millais ou William Morris, réalisent à la fin du XIX? siècle des œuvres dont l’intensité, l’émotion et la grâce accompagnent admirablement les scènes intimes et épiques des romans de Chrétien de Troyes. Le corpus sélectionné pour ce livre regroupe des tableaux issus des collections de musées anglais et américains, et de très nombreuses collections privées. Certaines de ces œuvres sont reproduites pour la première fois.

Un mouvement artistique essentiel

Le préraphaélisme est l’un des mouvements artistiques les plus influents et les plus importants de l’histoire de l’art en Angleterre. Au milieu du XIX? siècle, les préraphaélites revendiquent un idéal de peinture faisant resurgir un retour à la pureté, la simplicité des couleurs, les thèmes et les compositions du Moyen Âge. Admiré par Delacroix en 1855 lors de l’Exposition universelle, ce mouvement inspire également les artistes symbolistes tels que Gustave Moreau et Odilon Redon ou ceux de la Sécession viennoise comme Gustave Klimt.


Edward Coley Burne-Jones, La Belle au bois dormant : La cour dormant au jardin, Bristol Museum and Art Gallery, Bristol. © Bristol’s Museums, Galleries and Archives, Bristol.
Edward Coley Burne-Jones, La Belle au bois dormant : La cour dormant au jardin, Bristol Museum and Art Gallery, Bristol.

© Bristol’s Museums, Galleries and Archives, Bristol.

Le premier mouvement avant-gardiste anglais

Christopher Wood, un des collectionneurs les plus importants de l’art victorien, a écrit : « Je me suis peu à peu rendu compte que l’art victorien était un énorme continent submergé, attendant d’être découvert. J’ai résolu de me consacrer à cette tâche. » De nombreux spécialistes et intellectuels se sont intéressés en 1960 à ce mouvement peu étudié jusqu’alors, et aujourd’hui considéré par beaucoup d’historiens d’art comme le premier mouvement avant-gardiste anglais, au même niveau que l’impressionnisme français.


Edward Coley Burne-Jones, La Bataille de Flodden Field, Musée d’Orsay, Paris. © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay), Paris / Hervé Lewandowski.

Edward Coley Burne-Jones, La Bataille de Flodden Field, Musée d’Orsay, Paris.
© RMN-Grand Palais (musée d’Orsay), Paris / Hervé Lewandowski.


Edmund Blair Leighton, Vaincu, Collection particulière. Avec l’aimable autorisation du Art Renewal Center, www.artrenewal.org.

Edmund Blair Leighton, Vaincu, Collection particulière.
Avec l’aimable autorisation du Art Renewal Center, www.artrenewal.org.

Témoignages

« J’entends par tableau, un beau rêve romantique de quelque chose qui n’a jamais existé et n’existera jamais, dans une lumière plus belle que toutes celles qui ont jamais brillé, dans un lieu que personne ne peut définir ou se rappeler, seulement désirer. »
Edward Burne-Jones.

« Chez eux, il y a une finesse réelle qui domine toutes les intentions de pastiche qui se produisent çà et là, comme dans notre triste école. »
Eugène Delacroix, Journal, 1855.


Edward Coley Burne-Jones, Un ange jouant du flageolet, National Museums Liverpool. © Walker Art Gallery, National Museums Liverpool.

Edward Coley Burne-Jones, Un ange jouant du flageolet, National Museums Liverpool.
© Walker Art Gallery, National Museums Liverpool.

« M. Millais ne se rattache par aucune filiation au passé ni au présent de l’école britannique ; il s’isole complètement dans sa propre originalité. […] il étudie la nature avec l’âme et les yeux d’un artiste du quinzième siècle. »
Théophile Gauthier, Les Beaux-Arts en Europe, 1855.

« Pour être à ce point épris de réalité, cet art n’en est pas moins profondément empreint de poésie. C’est par cette passion extraordinaire du réel qu’il arrive à de si puissants effets poétiques. »
Ernest Chesneau, La Peinture anglaise, 1882.


Edward Coley Burne-Jones, La Légende de saint Georges et le dragon : la princesse Sabra tirant au sort, Hanover College, Indiana. © Art Collection, Hanover College, Indiana / Bill Roughen.

Edward Coley Burne-Jones, La Légende de saint Georges et le dragon : la princesse Sabra tirant au sort, Hanover College, Indiana.
© Art Collection, Hanover College, Indiana / Bill Roughen.

« Et comment Salvador Dali ne serait-il pas ébloui par le surréalisme flagrant du préraphaélisme anglais ? Les peintres préraphaélites nous apportent et nous font resplendir les femmes à la fois les plus désirables et les plus effrayantes qui existent. »
Salvador Dali, « Le Surréalisme spectral de l’éternel féminin préraphaélite », Le Minotaure, n° 8, 1936.

Le Texte

Dante Gabriel Rossetti, La Dame aux manches vertes, Cambridge. © Harvard Art Museums / Fogg Art Museum, legs de Greenville L. Winthrop, 1943.203.

Dante Gabriel Rossetti, La Dame aux manches vertes, Cambridge.
© Harvard Art Museums / Fogg Art Museum, legs de Greenville L. Winthrop,
1943.203.


La légende arthurienne selon Chrétien de Troyes

Chrétien de Troyes écrit Yvain et Lancelot simultanément à la fin du XII? siècle, puis Perceval. Il concrétise ainsi la légende des chevaliers arthuriens dans la littérature française, et par conséquent dans la culture médiévale européenne. Yvain et Lancelot procèdent d’un même élan créateur : écrire une histoire d’amour et d’armes, dans le sillage poétique des troubadours et du culte de la Dame. La femme est la clé de voûte des romans de Chrétien de Troyes. Les aventures chevaleresques des héros sont un moyen de poursuivre l’éternelle conquête amoureuse, source de leurs plus violents tourments et de leurs plus grands plaisirs.

Un imaginaire captivant

Dès le début du XII? siècle et tout au long des siècles suivants, les contes arthuriens connaissent un immense succès. L’œuvre la plus connue est sans aucun doute Le Morte d’Arthur, de Sir Thomas Malory (1470) qui reprend presque tous les contes. Ce chef-d’œuvre est considéré comme l’un des livres majeurs de cette période de la littérature anglaise et sera source d’inspiration pour les préraphaélites.


Frank Cadogan Cowper, La Vanité, Royal Academy of Arts, Londres. © Avec l’aimable autorisation du Art Renewal Center, www.artrenewal.org

Frank Cadogan Cowper, La Vanité, Royal Academy of Arts, Londres.
© Avec l’aimable autorisation du Art Renewal Center, www.artrenewal.org

« Les enchantements de Bretagne : Yvain, Lancelot et les fées » Introduction de Philippe Walter

Philippe Walter, spécialiste des mythologies chrétiennes et de l’imaginaire médiéval nous décrit la création simultanée de ces deux romans et ce qui fait d’eux des témoignages exceptionnels du patrimoine mythique chrétien, folklorique et antique. Il nous éclaire sur la signification de ce monde merveilleux à travers les grands symboles de chaque récit. Pour Yvain, la clé du roman est le lion : il représente la fierté, la bravoure, et permet à Chrétien de Troyes d’exalter la vie, au contraire des traditions chevaleresques prônant la fatalité. La clé du récit de Lancelot est la charrette, symbole à plusieurs facettes qui implique le sacrifice de l’honneur, le passage à un autre monde et le rite initiatique de héros.

Philippe Walter conclut son introduction en comparant les deux visions du héros incarnées par Yvain et Lancelot : d’un côté, le champion de toutes les causes, de l’autre le héros qui poursuit une mission intérieure au caractère plus spirituel.


John Everett Millais, Château de Urquhart (détail), Collection particulière. © Collection particulière.

John Everett Millais, Château de Urquhart (détail), Collection particulière.
© Collection particulière.


« Le passé au présent. L’imaginaire médiéval des préraphaélites » : introduction de Laurence des Cars

Laurence des Cars, directrice du musée d’Orsay et spécialiste de l’art du XIX? et du début du XX? siècle, partage avec nous la vision artistique révolutionnaire des préraphaélites et nous montre à quel point les mythes arthuriens ont influencé ce courant pictural né six cents ans plus tard. Ces deux univers partagent les mêmes références à la mythologie antique, chrétienne et folklorique. Laurence des Cars analyse plus précisément la peinture admirable d’Edward Burne-Jones, un des peintres les plus fidèles à ces thèmes et très présent dans cette édition.


George Frederic Watts, Una et le chevalier à la Croix Rouge, Art Gallery of Western Australia, Perth. © State Art Collection, Art Gallery of Western Australia, Perth.

George Frederic Watts, Una et le chevalier à la Croix Rouge, Art Gallery of Western Australia, Perth.
© State Art Collection, Art Gallery of Western Australia, Perth.

Les traductions de deux éminents spécialistes

La traduction d’Yvain en français moderne est de Philippe Walter, agrégé de lettres, médiéviste, spécialiste des mythologies chrétiennes – notamment de la littérature arthurienne – et de l’imaginaire médiéval. Nous avons choisi la traduction de Daniel Poirion pour Lancelot, agrégé de lettres, médiéviste, professeur à la Sorbonne puis directeur du programme des études médiévales de l’université de Yale jusqu’à sa mort en 1996. À la fin du volume, un appareil de notes rédigé par les traducteurs permet au lecteur de mieux saisir l’univers dans lequel évoluent Yvain et Lancelot et de comprendre les interférences entre le texte, la mythologie antique, celtique ou les références médiévales


William Morris, La Légende de saint Georges (détail), Victoria and Albert Museum, Londres. © Victoria and Albert Museum, Londres

William Morris, La Légende de saint Georges (détail), Victoria and Albert Museum, Londres.
© Victoria and Albert Museum, Londres

La mise en forme du texte

Un soin particulier a été apporté à la mise en forme du texte. Nous avons choisi de privilégier la lisibilité et donc la compréhension en modernisant la présentation habituelle, peu commode à la lecture : des paragraphes ont été créés à chaque nouvelle scène et les dialogues sont présentés avec des alinéas à chaque prise de parole. La vivacité du récit et le plaisir de la lecture sont ainsi décuplés.

Pour approfondir la lecture

Virginie Lérot nous éclaire sur le contexte historique, culturel et pictural des préraphaélites à travers les notices biographiques des peintres, une chronologie du préraphaélisme, et un texte sur les sources littéraires des préraphaélites.

Revue de Presse

La nouvelle traduction et la mise en forme du texte rendent toute sa saveur et sa vivacité à l’œuvre. Les tableaux délicats et précieux ponctuent délicieusement l’œuvre.

Connaissance des Arts

Le mariage est osé mais réussi.

L’œil, Virginie Duchesne

Une sublime redécouverte culturelle, tant littéraire que picturale.

L’Amour des livres

Un régal pour les sens. Une correspondance réussie entre littérature médiévale et esthétique préraphaélite.

L’objet d’art

Ce livre référence est somptueusement illustré par la peinture pre?-raphae?lite, comme celle de Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne- Jones, William Holan Hunt, John Everett Millais ou William Morris. L’e?motion de leur œuvre fait merveille associe?e a une incroyable richesse des textes.

Point de vue

Merveilleuses épousailles.

Le Vif / L’Express

Ce n’est pas un livre, c’est une splendeur absolue.

Le Figaro Magazine

Edward Coley Burne-Jones, Le Sommeil du roi Arthur à Avalon, Museo de Arte de Ponce, Ponce (Porto Rico). © Museo de Arte de Ponce, Porto Rico / The Luis A. Ferré Foundation, Inc.Edward Coley Burne-Jones, Le Sommeil du roi Arthur à Avalon,

Edward Coley Burne-Jones, Le Sommeil du roi Arthur à Avalon, Museo de Arte de Ponce, Ponce (Porto Rico).
© Museo de Arte de Ponce, Porto Rico / The Luis A. Ferré Foundation, Inc.Edward Coley Burne-Jones, Le Sommeil du roi Arthur à Avalon,


Video