L’Énéide de Virgile

L’Énéide de Virgile

L’Énéide de Virgile

illustrée par les fresques et les mosaïques antiques

180 fresques et mosaïques.

1 volume broché, 484 pages, 19 x 26 cm.

La lecture de Virgile dans la traduction rythmée de Marc Chouet bouleverse le lecteur par son souffle épique et sa musicalité aux élans raciniens. Les 180 œuvres qui l’accompagnent émerveillent par leur puissance d’évocation et immergent le lecteur dans l’univers antique.

Le Livre

Vénus, Maison de Marcus Fabius Rufus, Pompéi. © Archives photographiques – Surintendance spéciale des biens archéologiques de Pompéi et Naples – Avec l’accord du ministère des Biens et Activités culturelles.

Vénus, Maison de Marcus Fabius Rufus, Pompéi.
© Archives photographiques – Surintendance spéciale des biens archéologiques de Pompéi et Naples – Avec l’accord du ministère des Biens et Activités culturelles.

Dans une langue poétique et imagée brillamment rendue par la traduction de Marc Chouet, Virgile nous projette au cœur d’une aventure humaine d’une formidable intensité : de l’homme guerrier malgré lui au héros à la sagesse divine, Énée se construit tout au long du récit. Enée se construit tout au long du récit.

Fresques des villas de Pompéi, de Boscoreale, d’Herculanum, mosaïques des provinces romaines d’Italie du Sud, d’Afrique du Nord ou d’Asie Mineure … 180 œuvres font renaître sous nos yeux ce monde aujourd’hui disparu.

L'iconographie

Navire à voile et ses passagers, Maison de la Petite Fontaine, Pompéi. © Giovanni Lattanzi – Archart.

Navire à voile et ses passagers, Maison de la Petite Fontaine, Pompéi.
© Giovanni Lattanzi – Archart.

Un vaste panorama de l’art pictural antique

Les 180 œuvres présentées dans ce livre, pour la première fois mises en relation avec un texte littéraire, émerveillent par leur puissance d’évocation. Le charme éthéré des fresques des villas de Pompéi, d’Herculanum, de Boscoreale, de Rome, la puissance lumineuse des mosaïques des provinces romaines d’Italie du Sud, de Sicile, d’Afrique du Nord, d’Arabie ou d’Asie Mineure, font renaître sous nos yeux l’épopée légendaire des origines de Rome et le siècle d’Auguste. Cet ouvrage offre ainsi un vaste panorama de l’art pictural antique.


Vénus couronnée par les Centaures, Villa d’Ellès (Tunisie). Musée national du Bardo, Tunis. © Salah Jabeur.

Vénus couronnée par les Centaures, Villa d’Ellès (Tunisie). Musée national du Bardo, Tunis.
© Salah Jabeur.

Une importante recherche iconographique menée à travers des fonds d’archéologues a permis d’identifier des œuvres rares, totalement inconnues du public Beaucoup de ces œuvres sont mal conservées et les campagnes de prise de vue ont souvent relevé du tour de force technique. Un travail d’enquête nous a aussi permis de retrouver des photographies en couleurs de chefs-d’œuvre aujourd’hui disparus. De même, certaines fresques n’étaient jusqu’à présent connues que par des archives photographiques en noir et blanc. Ces œuvres inestimables renouvellent et rendent plus vivante notre vision du monde antique.


Apollon, le Jour et la Nuit, Maison de Marcus Fabius Rufus, Pompéi. © Archives photographiques – Surintendance spéciale des biens archéologiques de Pompéi et Naples – Avec l’accord du ministère des Biens et Activitésculturelles

Apollon, le Jour et la Nuit, Maison de Marcus Fabius Rufus, Pompéi.
© Archives photographiques – Surintendance spéciale des biens archéologiques
de Pompéi et Naples – Avec l’accord du ministère des Biens et Activitésculturelles

Les fresques et peintures

Les pièces les plus anciennes présentées sont les fresques funéraires de Paestum datant du Vᵉ siècle av. J. C. Sont également reproduites une fresque étrusque de Vulci et des peintures ornant le sarcophage des Amazones de Tarquinia.

Viennent ensuite les mosaïques de Pella en Grèce, de la toute fin du IVe siècle av. J.-C. et la fresque des porteurs de torche d’Agios Athanasios en Macédoine.

La grande majorité des œuvres choisies datent du Ier siècle av. J.-C. au IVᵉ siècle apr. J.-C. La source majeure est la Campanie, avec les villas de Stabies, Oplontis, Herculanum, Boscoreale et Pompéi. Quelques peintures de la même époque proviennent de Rome ou de ses environs, notamment d’Ostie.

Des fresques plus tardives sont également reproduites : par exemple, la splendide scène de sacrifice du Mithraeum de Marino, dans le Latium, du IIIe siècle ou l’émouvant banquet de la tombe de Constanza, en Roumanie.


Cheval de course, OEcus de la maison de la Volière, Carthage. © Salah Jabeur.

Cheval de course, OEcus de la maison de la Volière, Carthage.
© Salah Jabeur.

Les mosaïques

La période de création est plus vaste puisqu’elle commence au IIIᵉ siècle av. J.-C. et s’étend jusqu’au IVᵉ siècle apr. J.-C. L’art de la mosaïque connut un développement extraordinaire en particulier dans les provinces romaines d’Afrique du Nord, d’Arabie et d’Asie Mineure. La majeure partie de ces mosaïques date de la latinité tardive (IIᵉ-IVᵉ siècle).


Le Texte

Ménade, Villa de Murecine, près de Pompéi. © Fotografica Foglia.

Ménade, Villa de Murecine, près de Pompéi.
© Fotografica Foglia.

La légende de Rome

Virgile a voulu donner une forme poétique à la légende selon laquelle la Ville était une résurgence – magnifique – de Troie, établissant ainsi sur des bases prestigieuses la grandeur romaine. Cette légende répandue racontait comment un Troyen de très haute noblesse avait échappé à la ruine de sa ville et, s’embarquant vers l’occident, avait fini par prendre pied en Italie, au Latium, et par gagner le droit d’y installer ses compagnons et ses dieux. La branche troyenne croissait en établissant notamment la ville d’Albe, se mêlait aux Latins indigènes et c’est issu de cette lignée que Romulus fondait trois siècles plus tard la ville à laquelle il donnait son nom. C’est donc bien Romulus qui est le fondateur de Rome. Mais toute cette extraordinaire aventure a d’abord reposé sur les épaules du Troyen Énée, fils d’Anchise et de la déesse Vénus, dont les exploits se perdent dans la pénombre des temps historico-légendaires.


Homme assis, Maison des Vettii, Pompéi. © Giovanni Lattanzi – Archart.

Homme assis, Maison des Vettii, Pompéi.
© Giovanni Lattanzi – Archart.

Les hauts faits d’Énée

Les grandes lignes peuvent en être ainsi tracées. Troie, victime des dieux qui lui sont hostiles, tombe dans le sang et les flammes. Investi d’une mission supérieure, transplanter ailleurs sa cité, Énée échappe au massacre avec une troupe de compagnons. Il construit une flotte et part à la recherche de la terre prédestinée qui ne cesse de se dérober. Après six ans de navigation, marquée par des escales provisoires, des espoirs de fondation déçus et de nombreuses épreuves, surtout l’escale africaine, l’amour et la mort de Didon, et, à Cumes, la descente dans le monde des morts, les Troyens touchent enfin à la terre qui leur était promise, le Latium. [...] Pacifique, Énée se heurte à la résistance des indigènes. Les dieux s’en mêlent et bientôt le conflit devient inéluctable. Pour ne pas être balayés, les Troyens ont besoin d’alliés qu’Énée se ménage (Arcadiens émigrés, Étrusques). La guerre cruelle se déchaîne alors, semant la mort et la désolation dans les deux camps jusqu’au moment où un combat singulier voit la victoire d’Énée sur Turnus, le chef rutule.


Énée, Anchise et Iule, Maison du Foulon Ululitremulus, Pompéi. © Archives photographiques – Surintendance spéciale des biens archéologiques de Pompéi et Naples – Avec l’accord du ministère des Biens et Activités culturelles.

Énée, Anchise et Iule, Maison du Foulon Ululitremulus, Pompéi.
© Archives photographiques – Surintendance spéciale des biens archéologiques de Pompéi et Naples – Avec l’accord du ministère des Biens et Activités culturelles.

De la légende à la politique

Du point de vue littéraire (non le moins important), cette matière fournit à Virgile un long voyage et de grands combats. Du point de vue historique, cette légende donnait à Rome le droit de revendiquer des origines aussi anciennes que celles de la Grèce dont la guerre de Troie marque le point de départ dans l’Histoire. Du point de vue politique, célébrer Énée, c’était indirectement, et plus subtilement, célébrer Auguste, adopté par César qui faisait remonter sa famille, la gens Iulia, jusqu’à Iulus, fils d’Énée, petit-fils de Vénus.

Texte extrait de la préface de Marc Chouet.


Détail de la Mosaïque de Dionysos châtiant les pirates,Musée national du Bardo, Tunis. © Salah Jabeur.

Détail de la Mosaïque de Dionysos châtiant les pirates,Musée national du Bardo, Tunis.
© Salah Jabeur.

Un poème universel

Avec ses dix mille vers éclatants de vie et de majesté, l’Énéide est un modèle absolu de poésie classique. Dans une langue sonore et imagée, Virgile nous projette au cœur d’une aventure humaine d’une formidable intensité. L’errance d’Énée et de ses compagnons, leur lutte pour une terre où s’établir, les conflits politiques et les guerres, l’amour et l’amitié, le courage, les interrogations religieuses ou métaphysiques face à la souffrance et à la mort, traversent l’œuvre et la nourrissent. Virgile nous offre avec l’Énéide un véritable miroir de la destinée humaine.


Le Combat de Darès et Entelle., Rue des Magnans, Aix-en-Provence. Atelier de restauration de mosaïques de Saint-Romain-en-Gal. © Collection Mission archéologique – Aix-en-Provence / Paul Veysseyre.

Le Combat de Darès et Entelle., Rue des Magnans, Aix-en-Provence. Atelier de restauration de mosaïques de Saint-Romain-en-Gal.
© Collection Mission archéologique – Aix-en-Provence / Paul Veysseyre.

«Le poème immense», préface de Philippe Heuzé

Professeur à l’Université Paris III La Sorbonne nouvelle, spécialiste de Virgile et de Pompéi, Philippe Heuzé nous fait partager son enthousiasme pour la culture latine. Il souligne l’importance de l’image dans l’Énéide et accompagne le lecteur dans une réflexion passionnante sur les liens ténus entre poésie et œuvre d’art. C’est la source même de l’émotion que cette magnifique préface éclaire ainsi.


Jeune homme à la lance, Maison du Cryptoportique, Pompéi. © Fotografica Foglia.

Jeune homme à la lance, Maison du Cryptoportique, Pompéi.
© Fotografica Foglia.

La lumineuse traduction rythmée de Marc Chouet

Nous avons choisi pour cette édition la traduction en alexandrins libres de Marc Chouet. Lumineuse, elle renouvelle la lecture de ce texte fondamental et son sublime souffle épique résonne d’accents raciniens. Proche de la lettre mais surtout de l’esprit du récit, sa traduction restitue l’élan de cette œuvre deux fois millénaire, inspiratrice de tous les poètes jusqu’à l’époque moderne.

Ce colossal travail, entrepris après la traduction des Géorgiques, fut longtemps peaufiné et publié pour la première fois chez Alexandre Jullien, à Genève, en 1985. C’est cette traduction époustouflante, très légèrement corrigée lors de l’édition Slatkine de Genève en 2007, qui est proposée ici.

Esprit humaniste, pénétré de la langue et de la culture latine, Marc Chouet savait que le latin n’est pas une langue morte et que les œuvres classiques ont encore beaucoup à dire, que les œuvres latines constituent un fondement essentiel de la littérature occidentale.


Cerbère, détail de la mosaïque des Travaux d’Hercule, Cártama, province de Málaga (Espagne). Collection privée, Vizcaya, région de Bilbao. © Argazkiak Zear S.A.L

Cerbère, détail de la mosaïque des Travaux d’Hercule, Cártama, province de Málaga (Espagne). Collection privée, Vizcaya, région de Bilbao.
© Argazkiak Zear S.A.L

Les annexes

Une carte du voyage d’Énée, une chronologie, entre légende et histoire, de la Grèce, de Rome et de Carthage, une généalogie d’Énée et un glossaire des noms et des lieux cités sont présentés à la fin du premier volume. Cet appareil permet au lecteur de mieux appréhender l’Énéide et de replacer ce chef-d’œuvre dans son contexte mythologique et dans le contexte historique de l’Empire romain.


Victoire, Villa de Murecine, près de Pompéi. © Archives photographiques – Surintendance spéciale des biens archéologiques de Pompéi et Naples – Avec l’accord du ministère des Biens et Activités culturelles.

Victoire, Villa de Murecine, près de Pompéi.
© Archives photographiques – Surintendance spéciale des biens archéologiques de Pompéi et Naples – Avec l’accord du ministère des Biens et Activités culturelles.

Le texte intégral en latin

Dans « La collection », un second volume reproduit le texte intégral de l’Énéide en latin, ainsi que les miniatures d’un des deux plus anciens manuscrits conservés illustrant l’Énéide, le Vergilius Romanus, codex du Ve siècle qui transcrit les œuvres complètes de Virgile. La bibliothèque Apostolique Vaticane a exceptionnellement autorisé la publication des onze pages consacrées à l’Énéide. L’intérêt culturel et esthétique de ces miniatures est souligné dans un commentaire de Virginie Lérot, normalienne, agrégée de lettres classiques, accompagnant chaque image.

Dans « La petite collection », nous avons reproduit après la traduction, sur un papier différent, le texte original en latin. Il nous invite à retrouver la musicalité et le rythme du texte tel que l’a composé Virgile.

Revue de Presse

La grande force de cette édition, outre la puissance quasi racinienne des vers de M. Chouet, est son incroyable richesse iconographique. Maquette soignée, photogravure remarquable, tout contribue au plaisir de lire.

Religion et Histoire

Le choix des illustrations est d’une richesse remarquable et la qualité des reproductions, comme toujours, irréprochable. Au plaisir d’admirer ces images, joint à celui de la lecture du texte, viennent s’ajouter une introduction de Philippe Heuzé, un ensemble d’annexes et, luxe suprême, le texte original en latin.

Connaissance des arts

Comment redonner vie à ce classique des classiques ? En l’illustrant de nombreuses fresques, parmi lesquelles celles de Pompéi, qui viennent à leur façon donner au texte une sorte de traduction visuelle. À la merveilleuse poésie de la langue vient ainsi répondre la fragilité de ces peintures merveilleuses. [...] Une superbe édition.

Le Nouvel Observateur, Bernard Geniès

Avec la fragilité si émouvante de ces peintures murales et de ces fresques exhumées et aussitôt menacées d’effacement, c’est la vulnérabilité saisissante de toute grandeur qui s’impose. La conversation entre le poème et l’image subjugue.

Le Monde, Philippe-Jean Catinchi

L’éditrice Diane de Selliers nous [...] invite ici avec, pour mieux nous séduire, la reproduction de fresques de Pompéi ou d’Étrurie, de peintures romaines tardives dénichées dans le pourtour méditerranéen, de mosaïques, en Sicile ou en Tunisie, en bref, une formidable machine à rêver, à imaginer et à voir, tout simplement, les épisodes illustrés de l’Énéide.

Le Figaro littéraire, Frédéric Vitoux

Le résultat est aussi parlant que somptueux. Et même les peintures estompées ou altérées par le temps vibrent d’une secrète fragilité qui rend plus précieux ce qui a survécu au naufrage des siècles.

La Libre Belgique, Jacques Franck

Un des grands intérêts de l’ouvrage tient au travail de mise en correspondance des images et des vers sur un plan tantôt symbolique, tantôt thématique.

Le Magazine littéraire

Les fresques et les mosaïques choisies ici, qui en elles-mêmes eussent déjà fait un magnifique volume d’art, donnent [...] un univers au monde qu’est déjà le poème, et l’ouvrent à des dimensions infinies. Alliant de façon si subtile le texte et les représentations visuelles, l’ouvrage est d’une stupéfiante beauté.

Libération, Robert Maggiori