— Actualités

Les Correspondances Impressionnistes

Les Belles Remises vous invitent à partager les plus belles pages écrites sur l’impressionnisme. Parce qu’il n’y a pas d’art sans regard, les Correspondances impressionnistes proposent d’offrir un jeu de regards croisés entre les artistes et les écrivains qui furent leurs contemporains, détracteurs ou défenseurs. De l’Exposition universelle (1855) au Salon des refusés (1863), du scandale d’Olympia (1864) à la première exposition impressionniste (1874), de la première vente aux enchères impressionniste (1875) à la dernière exposition commune (1886), de l’Exposition internationale (1887) à l’entrée d’Olympia au Louvre (1907), textes et peintures dialoguent dans une dynamique de correspondances sensibles et intelligentes.

Ce livre vous offre un regard inédit sur la peinture impressionniste, celui des écrivains, critiques d’art entraînés à la suite de Diderot à parcourir les Salons et à écrire sur ce qu’ils y voyaient. Les œuvres impressionnistes renaissent à travers les mots des contemporains.

Vous trouverez rassemblées dans ce livre certaines des plus célèbres pages écrites sur la peinture moderne :
« La modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable (…). Cet élément transitoire, fugitif, dont les métamorphoses sont si fréquentes, vous n’avez pas le droit de le mépriser ou de vous en passer. »

Baudelaire.