— Actualités

Carambolages au Grand Palais

CARAMBOLAGES

Affiche de l’exposition
Affiche de l’exposition

Le Grand Palais et le très talentueux commissaire Jean-Hubert Martin nous invitent à un jeu de carambolages à travers une riche et très diversifiée sélection d’œuvres et d’objets d’art de toutes les époques, réunis par thèmes. À l’instar d’un jeu de domino, le parcours nous pousse d’une œuvre à une autre, qui se répondent de manière formelle et/ou symbolique, un délice pour l’imagination.

Il y a quelque chose de jubilatoire et d’exaltant à aller d’un masque konden de Guinée à une peinture de Jean-Jacques Bachelier en passant par une œuvre de Carl Andre ou un Anorak inuptiat d’Alaska. Ce musée imaginaire est conçu pour laisser les yeux et l’esprit vagabonder au gré des découvertes et émotions artistiques, le parti pris curatorial nous y pousse en ôtant les cartels généralement placés à côté des œuvres et en les regroupant sur des écrans qui ponctuent les "espaces thématiques", ce qui désappointe ou contente selon les personnes.

Les thèmes choisis ne sont pas complexes ; la mort, l’érotisme, la main, la mémoire, le totalitarisme, les climats... si bien que le sens premier des œuvres est très facile d’accès. La magie opère en fonction des références et goûts propres de chacun, sous une apparente absence d’exigence intellectuelle.

L’effet de carambolages se poursuit avec un Parcours sonore composé par Jean-Jacques Birgé, avec la participation de Antonin-Tri Hoang et Vincent Segal, sous forme d’application téléchargeable sur smartphone et tablettes. Elle permet de suivre le fil de l’exposition tout en écoutant des musiques spécialement créées pour chaque espace thématique. S’il est agréable d’avoir une ambiance sonore, l’adéquation entre musique et scène muséale laisse parfois perplexe.

Somme toute, Jean-Hubert Martin relève très bien le pari de cette "promenade artistique novatrice [qui] convie à un divertissement [et] entend stimuler le savoir".

On vous laissera juge de vos carambolages préférés !