Correspondances
Impressionnistes

Correspondances Impressionnistes

Correspondances
Impressionnistes

210 peintures de la fin du XIXe siècle.
2 volumes sous coffret. 464 pages, 25,5 x 34,6 cm.

Pascal Bonafoux présente 210 œuvres impressionnistes
commentées et éclairées par les écrivains de l’époque.
Un jeu de regards croisés entre les artistes et les écrivains
qui furent leurs détracteurs ou leurs défenseurs.

Le Livre

Parce qu’il n’y a pas d’art sans regard, dans les Correspondances impressionnistes les textes de Baudelaire, Zola, Maupassant, Huysmans, Mallarmé et bien d’autres sont confrontés aux toiles des artistes, parmi lesquels Manet, Monet, Degas, Sisley... Dans un second volume, Pascal Bonafoux éclaire les épisodes historiques de cette période à travers les propos et les lettres des protagonistes.

L'iconographie

Paul Cézanne, L’Après-midi à Naples, The National Gallery of Australia, Canberra. © National Gallery of Australia, Canberra

Paul Cézanne, L’Après-midi à Naples, The National Gallery of Australia, Canberra.
© National Gallery of Australia, Canberra

168 chefs-d’œuvre et 42 œuvres moins connues

Les peintres représentés sont les acteurs majeurs de l’impressionnisme : Manet, Bazille, Monet, Renoir, Pissarro, Mary Cassatt, Caillebotte, Whistler, Degas, Berthe Morisot, Sisley, Cézanne, Seurat... À côté des chefs-d’œuvre ancrés dans notre mémoire collective, le premier volume reproduit des œuvres moins connues, dont 42 peintures conservées dans des collections privées du monde entier.

Le Texte

LE PREMIER VOLUME : Les écrivains face à la modernité

C’est au cœur de plus de 120 livres rares, anciens ou difficilement accessibles, que Pascal Bonafoux s’est plongé afin de sélectionner les 90 textes reproduits.

Ces textes ont été choisis pour l’intense plaisir de lecture et de curiosité qu’ils suscitent : de grandes plumes comme Charles Baudelaire, Émile Zola, Guy de Maupassant, Théophile Gautier, Octave Mirbeau ou encore le poète Charles Cros racontent avec une ardeur et un bonheur d’écriture extrêmes cette mystérieuse modernité et les enjeux que représente la peinture impressionniste face à une société conventionnelle et bien-pensante. Des textes rares, comme les critiques de Barbey d’Aurevilly, d’Alexandre Dumas ou de Georges Rivière, viennent compléter cette sélection littéraire.

Les 210 œuvres sélectionnées illustrent dans une résonance immédiate le propos des écrivains, éclairent leur pensée, soulignent leur surprise, leur indignation ou leur plaisir. La peinture qu’ils découvrent les émerveille, les étonne, les révolte et les fascine ; la force de leurs textes est telle que le lecteur d’aujourd’hui la ressent intensément. Il peut alors réagir avec sa sensibilité propre, ses émotions, et porter ainsi un regard neuf sur ces peintures.


Claude Monet, Pointes de rochers à Port-Goulphar, The Cincinnati Art Museum. © Christie’s Images Ltd., Londres.

Claude Monet, Pointes de rochers à Port-Goulphar, The Cincinnati Art Museum.
© Christie’s Images Ltd., Londres.

LE SECOND VOLUME : « Du côté des peintres », une étude brillante

Dans le second volume, Du côté des peintres, Pascal Bonafoux compose le récit des épisodes historiques, artistiques et littéraires, en liaison avec les moments clés évoqués dans les textes du premier volume. Cette étude est enrichie de nombreuses citations, extraits de correspondances, propos rapportés et écrits des principaux acteurs de l’impressionnisme : peintres, collectionneurs et marchands d’art.

Un système de renvois aux textes et aux illustrations du premier volume permet au lecteur d’enrichir sa lecture. Le premier volume prend alors un relief nouveau amplifié par ces éléments de compréhension et de connaissance.


Claude Monet, Paysage de printemps à Giverny, Collection privée. © Christie’s Images Ltd., Londres.

Claude Monet, Paysage de printemps à Giverny, Collection privée.
© Christie’s Images Ltd., Londres.

Vivre l’impressionnisme

L’approche novatrice de ce livre permet au lecteur de découvrir les coulisses d’une scène artistique en pleine effervescence et d’assister aux rencontres, amitiés ou inimitiés qui unissent peintres, écrivains et critiques d’art.

De l’Exposition universelle (1855) au Salon des refusés (1863), du scandale d’Olympia (1864) à la première exposition impressionniste (1874), de la première vente aux enchères impressionniste (1875) à la dernière exposition commune (1886), de l’Exposition internationale (1887) à l’entrée d’Olympia au Louvre (1907), textes et peintures dialoguent dans une dynamique de correspondances sensibles et intelligentes. Cette conversation extrêmement vivante raconte l’une des plus belles aventures de l’histoire de l’art.


Pascal Bonafoux

Romancier et historien de l’art, Pascal Bonafoux a été pensionnaire de la Villa Médicis en 1980 et 1981. Il enseigne l’histoire de l’art à l’université de Paris-VIII. Il est secrétaire général de la Cité internationale des arts et anime des cycles de conférences autour de sujets traitant de l’histoire de l’art. Il collabore à divers journaux et revues dont Le Monde, Le Nouvel Observateur, Connaissance des arts, L’Œil, et est chroniqueur au Magazine littéraire.

Revue de Presse

Et si l’impressionnisme, avant d’être un mouvement de peintres avait d’abord été un mouvement d’écrivains ? C’est toute la noblesse de ce livre que d’en faire prendre conscience. Pascal Bonafoux, l’auteur de la passionnante étude qui clôt l’ouvrage, a compilé ici certaines des plus belles pages écrites sur l’impressionnisme. Le résultat est splendide, délicieux même.

L’Œil, Fabien Simode

De ce dialogue – de véritables « correspondances » au sens baudelairien, ce livre montre toute la richesse, en présentant une centaine de textes d’écrivains qui surent déceler et célébrer la modernité de l’impressionnisme.

Lire, André Clavel

Le premier bonheur du livre tient dans la splendeur de l’iconographie.

Le Figaro littéraire, Benoît Duteutre

Jamais, peut-être, l’impressionnisme ne nous est paru aussi proche.

La Montagne, Robert Guinot

Mettre en regard la plume des écrivains et le pinceau de leurs contemporains éclaire différemment ce que l’on croyait connaître, le talent des uns mettant en valeur celui des autres. En résulte un magnifique ouvrage, où les emblèmes de l’impressionnisme côtoient les inédits.

Connaissance des arts, Sylvie Blin